Deadpool

dimanche 19 juin 2016
par  Laurence Chapon
popularité : 98%

  Sommaire  

 Synopsis

Deadpool, est l’anti-héros le plus atypique de l’univers Marvel. A l’origine, il s’appelle Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

 Regard scientifique

Le pouvoir de Deadpool est de se régénérer très rapidement. Dans le film, on le voie à de nombreuses reprises recevoir des coups et divers tirs, puis guérir à vue d’œil.
OK Serval, ou Wolverin pour les puristes, fait de même. Mais Deadpool va plus loin.

Attention au spoil pour ceux qui n’ont pas vu le film

JPEG - 57.4 ko

Deadpool enchaîné à Collosius, se coupe la main pour se libérer. Plus tard, on le voie de retour chez lui et une toute petite main commence a pousser au bout de son moignon...
Ce qui est biologiquement impossible. Mais bon, c’est un mutant alors tout est permis.
Et pourtant...

Comme Deadpool, les lézards sont capables de perdre volontairement une partie de leur corps. Il s’agit d’une stratégie de défense qui consiste à abandonner une partie non vitale de leur corps pour échapper à un prédateur. Cela peut être la queue, mais aussi un membre ou de la peau.

Place des Lézards dans la classification : Classe Reptilia, ordre Squamates

L’autotomie est provoquée par un réflexe nerveux qui agit sur un muscle libérant le membre sacrifié.
Le membre qui repousse est le plus souvent plus petit, parfois de forme et de couleur anormale car il n’est pas construit de la même manière que le membre original. On pourrait dire que c’est une sorte de prothèse naturelle.
De nombreux gènes ont été identifiés comme participant à ce phénomène.

Pour en savoir plus : A novel amniote model of epimorphic regeneration : the leopard gecko, Eublepharis macularius par Katherine E McLean and Matthew K Vickaryous.

PNG - 40.9 ko
Vidéo : Leopard Gecko Time Lapse Tail Regeneration

Il y a des animaux moins connus et encore plus extraordinaires, capables de faire repousser un membre, un œil, voir une partie de leurs cerveau. Ce sont les Axolotl.

Place des axolotls dans la classification : Classe des Amphibiens, sous-classe Lissamphibia, ordre des Caudata

Lorsqu’un Axolotl a un membre coupé, une petite bosse se forme, appelée blastème, qui donnera un membre tout neuf au bout de seulement 3 semaines. Le membre ainsi formé est anatomiquement identique à celui d’origine.

JPEG - 48.2 ko
De gauche à droite : la patte avant amputation et les différentes phases de la régénération

L’Axolotl est une forme larvaire de salamandre aquatique. On parle d’animal néoténique. Cet arrêt dans le développement de l’animal vient du fait que la glande thyroïdienne a une faible activité. Une stimulation artificielle de la thyroïde stimule la métamorphose du juvénile en adulte qui acquière des poumons, et la capacité de vivre exclusivement en milieu terrestre.
La forme adulte est rare dans la nature mais existe à l’état naturel lorsque le niveau de l’eau où il vivent baisse radicalement et qu’il y a un réchauffement important.
Un individu néoténique vit environs 10 à 15 ans, alors que le forma adulte vit environs 5 ans.
Bien entendu, autre bizarrerie, l’axolotl peut se reproduire sous sa forme larvaire. Sinon, ils auraient disparus depuis longtemps.

PNG - 88.7 ko
Vidéo : Superhero Science- Limb Regeneration

Des recherches datant de 2013 ont montré le rôle des macrophages dans ce mécanisme de régénérescence. Ces cellules font partie du système immunitaire et participent à la réaction inflammatoire. Les Axolotls dont les chercheurs avaient éliminé les macrophages cicatrisent lors d’une amputation mais ne régénèrent pas le membre.

Finalement, on peut dire que Deadpool se rapproche des lézards, puisqu’il sacrifie sa main (partie non vitale de son anatomie) pour échapper à Collosius, même si celui-ci n’est pas à proprement parler un prédateur.
D’un autre côté, il s’apparente à l’Axolotl puisque la main qui repousse est parfaitement identique à celle d’origine.


Sources
Posepartage : Avez-vous déjà vu un lézard à 2 queues ?
Developmental Biology Interactive : Axolotls : Re-accessing Embryonic Programming Mechanisms for Regeneration
FuturaSanté : Les macrophages : le secret de la régénération de la salamandre
Les dessous de la science : Quand le Lézard perd sa queue...
Sciences et Avenir : Régénération : l’axolotl fait du neuf avec du vieux
Wikipedia : Autotomie ; Axolotl ; Lézard


Commentaires